Venise c’est un songe posé sur le bord de la mer (Fermine)

Vous avez l’habitude de mes compte-rendus des moments forts de Randozen, mais il faut savoir s’effacer pour faire revivre les bons moments vus par les autres. Aussi pour cette fois j’ai demandé à tous les participants de me faire parvenir “leur voyage à Venise”

2014-09-21 09.04.45

Odile : Venise insolite lorsque 1 800 personnes arpentent de bon matin 17 km de ruelles, places, ponts sous un soleil timide et savourent lors des pauses réconfort le “pinsa” (gâteau traditionnel vénitien à base de raisins, figues et graines de céleri).           Venise insolite lorsqu’un orage de grêle s’abat et laisse sur le sol 5 cm de neige dans les rues.                                                                                                                     Venise en mode dolce vita dans un taxi bateau en teck,style Riva, cheveux au vent déambulant dans les canaux, pour notre retour sur l’aéroport .                                 Venise en mode dolce vita le temps de quelques cicheti (tapas vénitiens) dans une osteria autour d’un verre de vin rouge ou les gelati de Nico.                                    Venise en mode dolce vita sur le terrasse du Danieli pour Nicole.                          Venise éblouissante, lumineuse, animée, riche en découvertes, sans nulle autre pareil. Enfin, un groupe sympa et chaleureux.

2014-09-23 12.51.20

Nicole : Venise, c’est époustouflant de beauté : des palais, des églises, des peintures, des fresques, des curiosités, des réverbères roses, de l’eau, des canaux, des bateaux, des gondoles mais aussi des cafés, des restos, des italiens, de la brume, du soleil, de la pluie, de la grêle, des trous dans les pelouses des parcs… Quel régal, 17 km de marche juste pour un goût de revenez-y pour voir encore d’autres îles, manger des glaces, retrouver Bernardo, dormir avec la  bénédiction ou pas de Don Orione, entendre les embouteillages de gondoles, prendre les embruns de la lagune à bord d’un  bateau taxi et surtout rire et s’amuser tous ensemble.

2014-09-23 12.47.05

Geneviève et Christian : Venise ville des amoureux, des poètes, des artistes….et des marcheurs nordiques ! Tôt dimanche matin,  dans la douceur vénitienne, 8 lyonnais entourés de 1880 copains marcheurs se préparaient pour 16 km   d un parcours insolite entre ponts et ruelles. 3 h de bonheur, un peu de sueur, de la bonne humeur, et du gâteau aux figues….!Des pâtes à l arrivée et le verre de Proseco , merci Xavier. Nous étions requinqués ! C était joyeux et chaleureux.Dis Xavier c est quand est ce prévu pour les inscriptions pour la Venice nordic walk 2015 ?

2014-09-23 09.10.07

Xavier : C’est simple de voyager avec un super groupe. Mes départs sont souvent hauts en couleur et stress : là rien (ou presque rien) que le bonheur de découvrir une ville captivante, se perdre dans les rues (ou presque, faut pas déconner), canaux et ponts, se laisser enivrer par la beauté des architectures. Chacun à son rythme, soit de glouton, soit de contemplatif, pour se retrouver autour d’un repas et partager un moment de vie. Je vous le dis, c’est simple. En tous cas une excellente idée que de découvrir les coins les plus insolites de Venise en marche nordique. En chiffre ça donnerait : 1800 participants, 400 ponts, 8 touristes bien sympa, 10 cm de grêle, 35 minute pour retourner à l’aéroport avec le taxi, 0 mètre de dénivelé sur le WE, 100% plaisir.

2014-09-22 10.06.11

2014-09-22 14.44.04

 

 

 

Stéphanie : quatre jours enveloppée d’une douce chaleur suffisamment humide pour ne pas se déshydrater (non je ne parle pas du Spritz Aperol), entourée de tant de beauté architecturale et de lumière, bercée par le roulis des vagues (mon oreille interne a su rester calme durant les sympathiques ballades même debout sur le tragettho), et surtout accompagnée de si charmants sourires : il ne m’en fallait pas plus pour me vider la tête et bien remplir mon coeur… merci pour cette jolie parenthèse…

2014-09-21 09.27.51

Domy et Jean :

   VENEZIA : tout un poême …
E    Etonnante et éblouissante : palais, ponts, musées, places, gondoliers, mais aussi
capuccino, cafe con pana, aperol spritz, cicheti et pinsa …
N    Nocturne : 4 courageux bravant les chemins glissants pour s’imprégnier du Venise “by night”
   Embruns : cabotage d’ile en ile, de Murano à Burano, mais aussi cheveux au vent direction   “aéroporto” sur un bateau taxi pour clore un weekend riche à tout point de vue
   Zorro : les “initiés” comprendront … et oui, nous avons rencontré Bernardo, et rajeunis
de quelques années …
    Insolite : 1800 marcheurs nordiques à l’assaut de la cité des doges
   Ambiance : excellente, conviviale et chaleureuse

Enfin une ville qui ne laisse pas de glace … ( çà, c’est de l’humour hibère!)

Marchez nordique avec les Aem

En forme de slogan, ça pourrait être le résumé de ces 2 jours d’échanges entre accompagnateurs en montagne et instructeurs de marche nordique.                                   Le rendez-vous était donné aux “bonnes âmes” instructeurs Aem de se réunir en Ardèche près du village de Sceautres, sous l’égide de la commission marche nordique du Snam et son représentant (Philippe AIRIEAU, merci à lui pour l’organisation de ces journées) Rendez-vous lundi 8 avril à 9h30 venus de différentes régions (Ariège, Cévennes, Sologne, Grenoble, Lyon, Aravis, Briançonnais, Trièves et Salève) et différentes expériences de terrains et de typologies clients. La matinée était dédiée aux échanges autour de nos pratiques et des publics accueillis  sur la marche nordique. 1 er constat, l’activité est bien développée autour des centres urbains (Lyon, Genève, Toulouse, Annecy, Grenoble).

Par contre au niveau de l’organisation, c’est l’anarchie. FFA (délégataire de l’activité) FFRP (la plus nombreuse en licenciés) FFEPGV (les fameuses GV) sans parler des coachs sportifs, kiné ou ostéopathe.

En station, les pratiquants découvrent souvent l’activité et repartent chez eux, sans suivi, ni renvoi vers les collègues “urbains”. Les séjours marche nordique commencent (à la semaine) à se développer en station l’été, les séjours courts (week-end) avec 2 activités (MN + raquettes ou randonnée ou Qi gong ) également. 

 Les méthodes d’apprentissages (ALFA, OTOP) nous ont ouvert des perspectives, mais c’est chacun qui maintenant les font vivre et les font évoluer suivants sa sensibilité. Ce qui nous rassemble (les Aem) c’est notre volonté d’utiliser l’outils (les bâtons) de manière optimale, avec une valeur ajoutée sur notre culture générale du milieu naturel et les conditions de sécurité (orientation, autonomie de définition des parcours utilisés contrairement aux autres BE qui doivent suivre des parcours identifiés et fléchés) et de respect de l’intégrité phyqsique des participants.

Nous décidons de créer un blog (http://marchenordique-aem.over-blog.com/) avec la volonté de le lier à l’annuaire du Snam des instructeurs déjà identifiés Marche Nordique.

Vous cherchez un instructeur de marche nordique dans votre région ?

Suivez le lien du site du syndicat des accompagnateurs en montagne :

  1. Sur la droite du site allez sur “Trouvez” et en dessous “votre accompagnateur”
  2. Cliquez sur “ouvrir” sur la ligne “activités”
  3. Cliquez sur l’icone Marche Nordique rouge
  4. Cliquez sur la carte géolocalisée sur un “massif” afin d’affiner votre recherche

Le mardi est réservé pour faire une vidéo avec Eric DAVID chargé de mission au Snam qui nous fera une super vidéo que vous trouverez en ligne ci-dessus .

Marchez nordique avec les accompagnateurs en montagne

En forme de slogan, ça pourrait être le résumé de ces 2 jours d’échanges entre accompagnateurs en montagne et instructeurs de marche nordique.                                   Le rendez-vous était donné aux “bonnes âmes” instructeurs Aem de se réunir en Ardèche près du village de Sceautres, sous l’égide de la commission marche nordique du Snam et son représentant (Philippe AIRIEAU, merci à lui pour l’organisation de ces journées) Rendez-vous lundi 8 avril à 9h30 venus de différentes régions (Ariège, Cévennes, Sologne, Grenoble, Lyon, Aravis, Briançonnais, Trièves et Salève) et différentes expériences de terrains et de typologies clients. La matinée était dédiée aux échanges autour de nos pratiques et des publics accueillis  sur la marche nordique. 1 er constat, l’activité est bien développée autour des centres urbains (Lyon, Genève, Toulouse, Annecy, Grenoble). Par contre au niveau de l’organisation, c’est l’anarchie. FFA (délégataire de l’activité) FFRP (la plus nombreuse en licenciés) FFEPGV (les fameuses GV) sans parler des coachs sportifs, kiné ou ostéopathe. En station, les pratiquants découvrent souvent l’activité et repartent chez eux, sans suivi, ni renvoi vers les collègues “urbains”. Les séjours marche nordique commencent (à la semaine) à se développer en station l’été, les séjours courts (week-end) avec 2 activités (MN + raquettes ou randonnée ou Qi gong ) également. Ensuite discussion autour de la scission de la Compagnie des Moniteurs OTOP  suite à un différent entre JP Samel et le CFAM sur les formations instructeurs. Chacun expose son point de vu sur le sujet. Personnellement je ne comprend pas l’intérêt de créer une structure supplémentaire par rapport au Snam. L’organisation est déjà suffisamment compliquée sans vouloir en ajouter une nouvelle couche. La profession est attaquée de toute part (remise en cause du milieu spécifique…), il vaut mieux se rassembler que se disperser. Tout le monde reconnaît le travail effectuer par JP, lors de ces cycle de formation, mais la méthode OTOP (déposée) n’est jamais qu’une méthode mnémotechnique de la méthode ALFA (bras tendu, buste droit, bâtons vers l’arrière, foulée adapté à l’amplitude du haut du corps). Ces méthodes nous ont ouvert des perspectives, mais c’est chacun qui maintenant les font vivre et les font évoluer suivants sa sensibilité. Ce qui nous rassemble (les Aem) c’est notre volonté d’utiliser l’outils (les bâtons) de manière optimale, avec une valeur ajoutée sur notre culture générale du milieu naturel. Nous décidons de créer un blog (http://marchenordique-aem.over-blog.com/) avec la volonté de le lier à l’annuaire du Snam des instructeurs déjà identifiés Marche Nordique. Repas rapide le midi et départ pour une après-midi d’échange sur la pratique. Exercices de gainage, jeu d’agilité, et pas mal de photos. Une belle après-midi de marche, après une matinée pluvieuse, ça fait plaisir de se dégourdir les jambes. Chacun présente les

Gilles berger Ariégeois

Gilles berger Ariégeois

exercices qu’il pratique avec ses clients, et nos photographes officiels (Gilles et Philippe) en profitent pour faire des clichés pour faire support aux futures formations du Snam.  En fin d’après midi, Gilles (représentant les Pyrénées) récupère un agneau . Soirée avec ravioles aux courgettes et gâteau chocolat-poire préparée avec amour par Nico et Christophe, même nos dames en sont restées sans voix. Pendant le repas, discussion autour de notre présence (ou pas ) sur l’Euronordicwalk, dont la date ne convient pas aux Aem en général (la saison d’été étant déjà lancée). la discussion est animée, mais il semble que notre présence soit obligatoire, par rapport à l’ensemble des acteurs de la marche nordique ( rappelons pour info que nous sommes 300 Aem qualifiés marche nordique pour 80 coach athlé santé qui sont délégataires sur cette activité). nous convenons d’essayer de mobiliser 10 Aem avec leurs clients et de les équiper avec des tee-shirts avec la mention “Marchez nordique avec les Aem”. Le mardi est réservé pour faire une vidéo avec Eric DAVID chargé de mission au Snam qui nous fera une super vidéo qu e je ne manquerai pas de vous mettre en ligne dès quelle sera finalisée. Nous nous séparons me mardi en début d’après-midi avec le sentiment d’avoir fait avancer quelques dossiers (le logo, le blog avec un grand merci à Virginie, les décisions sur Euronordicwalk, une position par rapport à la Compagnie OTOP, et surtout le partage de nos expériences et exercices)

Tests sur les bâtons de marche nordique

Pointe Guidetti

Pointe twist & go

Pointe Exel biseautée

Pointe Smart Tip

Pointe Kv+

Poignée Guidetti

Poignée Komperdell

Poignée Exel D et G

Poignée Trigger Leki

Poignée Swix CT2

Poignée Swix CT2

Poignée One way

Gantelet TSL Activstick

Poignée Komperdell

Poignée Shark Leki

Batons testés

Tous les bâtons testés

Avec un recul de près de 10 années sur le matériel de marche nordique (j’ai dans mon parc toutes les marques qui comptent : KV+, Leki, Swix, One Way, Exel, TSL), voilà ou j’en suis sur l’état de l’art :

La taille : comme dirait Coluche « la bonne taille c’est quand ça touche par terre » a part ça vous trouverez autant de calcul que d’instructeurs et de fabriquant de bâtons :

– votre taille moins 50 cm.

– Le point d’attache du gantelet sur le bâtons doit être au niveau du nombril.

– La taille multipliée par 0.7 ou 0.67 ou 0.68 ou 0.6665268523652 (non je plaisante)

– Le coude à 90 ° et prendre la poignée du bâton dans la main.

– celle que j’utilise la taille * 0.67 arrondi au multiple de 5 supérieur (176 cm = 117.92 soit 120 cm).

Les dernières années (2018-2019) n’ont pas amené énormément de nouveautés sur le matériel, les fabricants ont changé les graphismes des bâtons mais rien d’innovant.

Selon les dernières tendances, certains fabricants seraient en train d’étudier la possibilité de livrer des tubes de grandes tailles afin de les faire couper à la bonne taille par le détaillant au moment de l’achat (ce système existe pour le ski de fond) et de s’exonérer des multiples de 5 pour les tailles.

Ce qu’il faut surtout retenir c’est que plus vous aurez de la technique plus vous chercherez des bâtons longs, donc ne vous précipitez pas à acheter une paire avant de bien savoir utiliser les bâtons de marche nordique.

Le brin et poids du bâtons : Sont à proscrire les multi-brins (bâtons réglables) qui dans le temps deviennent tous des points de vibrations (à part peut-être le Leki Smart Traveller Carbon à 140 € la paire) au niveau des vis de blocage, par contre on peut les emmener en avion dans une valise.

Je préconise plutôt des bâtons mono-bris, avec minimum 50% de carbone.  Suivant les marques et les modèles, les qualités de carbones sont assez différentes :

le Smart Carbon de Leki en 100% carbone , est très raide et transmet beaucoup les vibrations sur du revêtement dur et très lourd (290 gr la paire en 120 cm du fait de l’intégration du pad auto).  Le Platimium (carbone haut module) est bien meilleur en sensation et plus léger. le modéle Amero (60% carbone) est un assez bon compromis rapport qualité/prix bien que je le trouve assez lourd mais comme tous les modèles Leki.

Le Nordic style 10 avec 90 % de carbone ou  Mania Mee à 70% carbone sont très agréables, souples et bien absorbant. Je trouve que leur qualité de carbone est excellente (ce doit être leur expérience dans le ski de fond). En 2017 One Way change son gantelet détachable sur le haut de gamme Mag point avec un point d’atttache en boule et aimanté (comme TSL). Attention cette marque c’est arrêté en 2019 donc attention pour les pièces détachées

le CT3 de Swix à 80 % (de carbone) est très souple peut-être trop, je trouve le CT2 à 100% bien supérieur en qualité de tube.

Chez TSL  La nouvelle gamme Tactil est décliné en 3 bâtons,le C100,C70 et le C50 avec les pointes spike ou crossover. Le tout avec un nouveau gantelet magnétc strap qui est très apprécié par les utilateurs.

Le Prestige de KV+ à 100% carbone est mon Best of, et l’Exclusive (60% carbone) est assez souple et la dernière version de tube a un meilleur retour en pression . La poignée change en 2017, plus ergonomique avec un meilleur grip.

Guidetti dans les fabricants de bâtons je pense que c’est celui qui a le plus investi dans la recherche , nouveau gantelet (avec un super système de tenue de pad intégré), nouveau tube, nouvelle poignée , j’en ai  une paire en test et et je suis favorablement étonné par cette marque même si je ne comprends toujours pas la double pointe.

Ces dernière années on voit apparaître des bâtons curve (Exel de nouveau précurseur sur cette mode, suivi par TSL) en alu puis en carbone, avec comme explication que cette forme rigidifie le bâtons. Autant pour l’alu je comprends et j’ai même été surpris du résultat, autant pour le carbone, je ne vois pas l’intérêt, car c’est le carbone qui devrait absorber les vibrations et les bâtons  sont pour la majorité assez rigides.

Même si les différences de poids sur des bâtons à plus de 50 % ne sont pas importantes, j’ai fait le calcul qu’une différence de 8 gr sur 1 bâton = 104 kg de plus ou moins à soulever pour 6.5 km…

Pour la poignée les revêtements en liège permettent une bonne absorption de la transpiration mais se détériorent plus vite que les matières synthétiques (que l’on peut nettoyer plus régulièrement) .

Le gantelet : L’élément de confort essentiel, c’est l’objet qui fait le lien entre votre corps et le bâtons. Le conseil que je peux vous donner, est essayer plusieurs marques, chacune à ses avantages et inconvénients, et sur un investissement de bâtons, pensez à des gantelets détachables qui vous apporte un confort supplémentaire et vous évite d’avoir à enlever vos bâtons dès que vous souhaitez boire, vous moucher ou prendre quelque chose dans votre sac à dos. Dernier point d’importance, privilégiez les gantelets avec passage de pousse, c’est l’assurance d’avoir une bonne poussée sur le bâtons et un bon retour de swing (retour du bâton de l’arrière vers l’avant).

– Leki : c’est le plus réglable et certainement le plus confortable, avec quelques recherches sur le point de fixation, je trouve que le modèle Shark n’est pas le meilleur, je préfère la fixation Trigger de Leki sur les modèle Amero et Flash.

– Swix : très confortable mais attention aux petites mains on arrive en limite de velcro et le système de fixation est très simple et fiable.

– One Way: le point faible de la gamme One Way le gantelet amovible. Les finlandaises doivent avoir des mains de menuisiers. en 110 ou 115 (tailles communes pour ces dames) les gantelets sont trop grand. Par contre leur gantelet Rabbit (non amovible) est un excellent concept, avec un super rendu (je l’utilise sur mes bâtons de ski de fond).

– pour les KV+ c’est une licence Salomon et ils ont amélioré sur les bâtons 2012 le point de fixation (plus épais). Le gantelet Elite reste le meilleur de la gamme (sur le modèle Prestige). La marque a développé une poignée Ergo clip (qui permet de garder incliné le bâtons vers l’arrière), que je ne conseille pas, car cela déforme la gestuelle naturelle de la marche.

– Pour TSL, ils ont enfin compris que les gantelets détachables était une nécessité,  et à partir de 2012 leurs modèles experts (Accoo stick etc..) sont équipés des gantelets amovibles avec passage de pousse. Par contre ils sont en néoprène, c’est chaud et l’été ça peut être un désagrément. Sur la nouvelle gamme Tactil le gantelet est aimanté ce qui facilite la mise en place.

– Guidetti, ils ont enfin revus leur gantelet sur leurs modèles 2013. Son avantage c’est d’être réglable sur 2 dimensions et ils ont corrigé leur défaut de fixation du gantelet au bâton. Par contre j’ai des doutes sur sa solidité (la lecture des forums semble confirmer cette impression).

A noter que quel que soit la marque du bâtons, le point d’attache du bâtons doit être au moins 5 cm plus bas que le haut de la poignée, afin d’assurer une bonne tenue en fin de poussée et un bon retour de bâton (si je puis m’exprimer ainsi).  Attention au gantelet en cuir qui se détériorent plus vite au lavage (eh oui n’oubliez pas de laver vos gantelets surtout si vous faites beaucoup de sorties)

Les pointes : Dans le haut de gamme, 2 types se détachent, les pointes rondes et les pointes biseautées. Dans les 2 cas,  ce sont des pointes en carbure de tungstène. les 2 sont valables avec une préférence anatomique pour les pointes biseautées qui ont une accroche supplémentaire dans la poussée. Pour les pointes, seules les KV+ permettent d’adapter une rondelle pour l’hivers (ski de fond ou raquettes) ce qui laisse la possibilité d’une plus grande utilisation. La marque française Guidetti commercialise une pointe faisant l’objet d’un brevet spécifique (double pointe), je m’interroge beaucoup sur son utilité.

Les pads ou embouts de bâtons : Pour les avoir tous essayé, réfuter en blocs tous les pads automatiques et intégrés aux bâtons (Leki, Swix, TSL, One Way dans les modèles à venir), ils déséquilibrent le bâton , l’alourdisse et ne résiste pas dans le temps à la boue (ou alors il faut nettoyer et graisser les bâtons à chaque sortie), sans compter les pointes qui ne resortent pas assez (smart carbon de Leki) pour accrocher correctement le sol.

Pour les pads la simplicité est de mise, une paire universelle à 6-7€ suffise largement, de tout façon vous allez en perdre (surtout les modèles One Way et TSL) et on ne les utilise que sur le macadam, donc assez rarement. Dernièrement un participant aux séances m’a indiqué que les pads en plastiques avec pointes en fer avaient une bonne accroche, mais le coût est quand même plus important (env.20€).

Dernier développement en la matière, TSL vient de sortir une pointe-pad (Cross over pad) qui vient de son expertise sur les matériaux plastiques. Plus de pointe mais un mini pieuvre ronde en plastique qui épouse le revêtement (chemin ou asphalte) et donc plus besoins d’enlever ou mettre les pad.

Voilà vous savez tout, ou presque, en fait le bâtons idéal n’existe pas il faudrait pouvoir le faire; avec un tube KV+ou One Way, une poignée Leki ou Swix, une pointe KV+ ou TSL et un pad standard . Avant d’acheter des bâtons  prenez le temps d’essayer plusieurs marques (certains d’entre nous mixent leur parcs de bâtons pour ça), plusieurs tailles, l’investissement est tout de même assez conséquent (entre 70 et 150 € la paire), et l’outils ne fait pas tout, il vaut mieux avoir une bonne technique, que des bons bâtons. L’apprentissage du geste, et tous les bienfaits de l’activité sont souvent annulés par l’absence ou une mauvaise application des règles de bases. On voit encore trop souvent des gens faire de la promenade de bâtons (bâtons devant soi, bras pliés, sans amplitude de mouvement)

Echauffements, gainages et étirements de marche nordique

Ils font partie intégrante d’une séance de marche nordique, ce qui en fait une activité complète et même complémentaire à d’autres sport.

Le moment de l’échauffement  fait le passage entre une activité sédentaire et l’activité physique. c’est le moment de l’eveil du corps autant physique, que psychologique : on se prépare à l’activité. Outre l’aspect proprioceptif, il permet de augmenter progressivement le rythme cardiaque. Procéder par étape et de haut en bas : le cou, les épaules, les bras, le tronc, les hanches, les jambes et les chevilles.

en voici un exemple

 

Beaucoup d’ouvrage traitent aujourd’hui de marche nordique mais des photos ou video valent mieux que tous les discours.

Pour les étirements de la même manière que pour les échauffements faîtes-les de la tête au pied en passant par l’ensemble des chaînes musculaires. Si vous avez des courbatures, quelques jours après votre séance, notez-les et insistez lors de la séance suivante sur l’étirement des muscles douloureux. Vous comprendrez ainsi rapidement l’intérêt des étirements. 

Tour de Chamechaude

C’est clandestinement que je poste les photos de cette super rando vertige réalisée avec Ma Dame, mais qui vaut vraiment le coup à condition de l’on supporte le vide et les petits passages un peu “olé-olé”.

Départ du col de Porte puis montée jusqu’au refuge de Bachasson et de là cap au sud pour contournée le monolithe urgonien de Chamechaude jusqu’au Habert de Chamechaude. De là on poursuit au nord sur un bon sentier qui traverse quelques ravines impressionante sous le couloie en Y avant de nous amener au pied du Jardin. 2 Petites longueurs d’escalade et nous voici arrivé sur le replat du Jardin et ses pins à crochets. Le retour sur le face ouest surplombe une magnifique falaise laissant apparaitre les marques du travail d’erosion du glacier. Retour par le Folatière.

dénivellé total de 1000 métre mais en plusieurs fois ce qui en fait un randonnée très agréable.

 

La pause s'impose avant l'escalade

La Brêche Arnaud vu du Habert

Le pas est sur...il vaut mieux

Arrivée au Jardin

Into the wild

Chamechaude du col de porte

Petits conseils Randozen

Quelques conseils Randozen pour l’équipement

> Pour la tête
• Un bonnet. On perd beaucoup de chaleur corporelle par la tête (presque 25 % !), aussi un bonnet pour les soirées et les nuits fraîches est parfait.
• Un chapeau en toile foulard, une casquette…
• Lunettes de soleil et étui.

> Pour le buste : un seul mot d’ordre le concept pelure d’oignon (superposition de couches fines)
• première couche : T-shirts.
En hiver le coton est à proscrire car il sèche très lentement. Par contre l’été dans certaine conditions ça peut être un avantage car il retient l’humidité, mais il faut le changer dès qu’on s’arrête.
• T-shirts à manches longues.
On préférera les nouvelles matières qui évacuent la sueur vers l’extérieur et sèchent rapidement, alors que le coton reste humide et accentue la sensation de froid.
• Deuxième couche : type polaire.
• troisième couche : Veste.

> Pour les jambes
• Collants. Un collant en polaire qui ne serre pas est confortable et utile en complément de chaleur dans le duvet. Il peut même doubler le pantalon en cas de grand froid.
• Pantalon.Un pantalon Stretch ne limite pas les mouvements, il est idéal pour le trekking.
• Un bermuda long ou un pantacourt.
Dans la plupart des pays, les shorts sont à proscrire ; en revanche, un pantacourt (pour les hommes et les femmes) est généralement bien accepté des populations locales.

> Pour les pieds
• Chaussettes: « Qui veut aller loin ménage sa monture » il est primordial de changer ses chaussettes tous les jours, l’acide de la transpiration favorise les ampoules.
• Chaussures de randonnée:  Au-delà de la tige montante et de la semelle (qui protègent respectivement les chevilles et la plante des pieds), il est très important de ne pas partir en trek avec des chaussures neuves. Les ampoules aux pieds gâchent le plus beau des voyages.
• Sandales ou tongs : Pour le soir à l’étape, bien sûr. On peut aussi les glisser dans le sac à dos de la journée pour aérer les pieds à la pause de midi.

> Pour les mains
• Gants légers : polaire, Stretch.
Il en est de même pour les mains que pour le buste, favoriser le superposition de couche. L’air chaud est le meilleur des isolants

> Sac à dos
• Sac à dos de randonnée léger, 30 à 40 litres.
Un sac à dos de cette contenance permet de prendre ce qu’il faut pour une journée de trek : vêtement de pluie, vêtement chaud, petite pharmacie, gourdes, bouquins… Et éventuellement une partie du pique-nique.> Sac de voyage
• Sac de voyage souple sans roulettes, 70 à 90 litres.
Un sac souple est idéal pour ne pas blesser les animaux de bât ; en revanche, si le transport des bagages d’une étape à l’autre s’effectue en véhicule, il ne faut pas se priver de prendre un sac avec des roulettes, de loin plus pratique pour les déplacements dans les gares et les aéroports.> Sac de couchage
• Duvet-sarcophage.
• Drap-sac en soie ou en polaire.
Le drap-sac permet de ne pas salir le sac de couchage à l’intérieur, et apporte un surcroît de chaleur très sensible.
 > Tente.
Si une tente dite “trois saisons” est suffisante pour la plupart des destinations de trekking sous toutes les latitudes, il est préférable d’acquérir une “quatre saisons” si l’on souhaite randonner en hiver (neige) par grand froid (destinations nordiques) ou en altitude (treks himalayens).> Divers
• Bâtons de marche.
• Fil et aiguille.
• Trousse de toilette.
• Serviette.
• Pastilles pour purifier l’eau (Micropur ou Hydrochlonazone).
Le goût que donnent ces pastilles est supportable, mais si vous voyagez plus de trois semaines dans une zone où il faut traiter l’eau, l’achat d’un filtre céramique devient indispensable.
• Sachets plastiques de protection (type congélation).
• Couverture de survie (modèle renforcé).
• Gourde ou gourde flexible à pipette.
• Couteau.
• Lacets de rechange.
• Briquet.
• Papier toilette
• Appareil photo.
• Livres de voyage.
• Lentilles jetables ou lunettes correctrices de secours.
• Lampe frontale et piles.> Pochette antivol et documents
• Passeport (ou carte d’identité).
• Visa selon le pays.
• Carnet de vaccinations et indications médicales.
• Devises, carte de crédit.
• Contrat d’assistance et d’assurance.
• Papiers personnels.

Les autres conseils à lire
En cas de pluie sans vent, un grand parapluie type parapluie de golf est idéal en terrain dégagé. Il permet même, en le calant entre le dos et le sac à dos, d’avoir les mains libres pour prendre des photos ou lire la carte. En revanche, son utilisation devient plus problématique en terrain accidenté et en cas de vent.L’association d’une veste et d’un pantalon de pluie en tissu respirant comme le Goretex (laissant libres les mouvements) est idéale. La cape de pluie étant réservée aux pauses : abri parfait pour grignoter sous une pluie battante, ou protection intégrale pour monter la tente à l’étape.Un sursac pour recouvrir et protéger le sac à dos et son contenu est indispensable par temps humide. Beaucoup de sacs aujourd’hui en sont pourvus, sinon il est possible de se procurer un sursac amovible dans les magasins de sport.
L’utilisation de sacs de type congélation permet une protection totalement hydrofuge de l’appareil photo comme des documents papiers (passeport, billets d’avion, etc.)Une paire de sandales de marche est toujours utile, soit pour le soir à l’étape, soit en cours de randonnée pour le passage à gué des rivières. Elles servent aussi en cas de grosse ampoule pour pouvoir continuer à marcher.Le couteau suisse convient à tous les usages : ouvrir une bouteille ou une boîte de conserve, visser une dragonne de bâton… Il est de loin le plus universel (malgré l’inconvénient du poids).

Les bâtons de marche sont indispensables pour soulager les genoux dans les descentes et aider au rythme de la randonnée dans les montées. En revanche, il faut absolument marcher avec les deux pour respecter la symétrie du mouvement.

Une gourde-pipette permet de s’hydrater régulièrement sans pour autant poser son sac à chaque fois. Le seul inconvénient de ce système est que l’on se retrouve à court de boisson sans pouvoir l’anticiper. Une bouteille plastique de secours permet de palier ce désagrément.

La température de confort du sac de couchage est fonction du type d’hébergement et de la destination.
L’idéal est d’avoir deux duvets :
— un premier dont les températures de confort sont comprises entre – 5 et + 5 °C pour les hébergements en dur et les pays chauds ;
— un deuxième pour les pays froids et/ou les hébergements sous tente. Température de confort comprises entre – 15 et – 5 °C.
On peut aussi ajouter au premier duvet un sac de couchage en polaire pour augmenter le niveau de confort et de chaleur.

Les petits objets qui facilitent la vie pendant un trek ou un voyage :
– Un adaptateur de prise électrique (il n’existe pas de norme internationale en matière de prise électrique, aussi un adaptateur est-il indispensable dès qu’il faut recharger une batterie d’appareil photo numérique, un lecteur MP3…).
– Une deuxième gourde pour laisser le temps aux pastilles de purification de l’eau d’agir sans se priver de boire.
– Un briquet pour brûler le papier toilette.

Neige à thême

Faire un igloo et dormir dans son “home sweet home

Apprendre à construire son abri selon différentes méthodes :
  • Méthode Inuit : c’est l’igloo traditionnel , solide et confortable
  • Méthode rapide : Née de l’apprentissage de la haute montagne, rapide à mettre en oeuvre et qui peut se révéler très utile sur le térrain.
  • Méthode où l’on s’adapte à l’environnement : On regarde autour de soi, et la nature, dans sa grande bonté, nous offre toujours la possibilité de nous acceuillir.

 

Se servir d’un DVA et recherche en avalanche

Apprendre à anticiper, agir, réagir et protéger devant une avalanche, c’est comme le vélo, ça s’apprend et lorsque ça arrive on est un peu plus préparer à faire face.

Trouvé !Tous les ARVA ne sont pas les mêmes mais les techniques de recherches sont communes aux analogiques et aux numériques à 2 ou 3 antennes, le principal c’est de savoir s’en servir, et être dans l’automatisme le jour où il faut s’en servir.

 

 

Trace de vie et adaptation de la nature

C’est en hiver que l’on peut facilement voir les différentes traces laissées par nos amis les aminaux.

Les traces folles du renard en maraude…le lièvre qui cherche sa nourriture quotidienne…ou qui échappe à son prédateur, chaque voie a son histoire qu’il nous sera possible de reconstituer.

 

 

 

Raquettes

Raquettes en journée entre amis
  • En groupe, en famille ou entre amis, vous découvrirez le plus vieux moyen de ce déplacer sur la neige. Sur un projet que nos aurons choisis ensemble ou sur un parcours que je vous aurai préparé, vous vivrez une journée en contact avec la nature en hiver. Alors n’hésitez pas à “tater” de la marche sur raquettes, pas très commode ni rapide au début, mais bien amusante et pratique pour découvrir ce milieu naturel en journées, 1/2 journée, 2h ou nocturnes.

Raquettes nocturne

  • Avez-vous déjà essayé la raquette nocturne. Qui n’a pas essayé ne connait pas réellement le bonheur. Imaginez… la nuit, la pleine lune, la neige…un cocktail  étonnant. Si en plus il est partagé avec des amis, un repas montagnard et un petit vin du Jura, on est pas très loin du bonheur total. Vous pourrez atteindre la quiétude de la nuit, en toute sécurité avec les accompagnateurs en montagnes.

Raquettes orientation

  • Quand vous réussirez à vous orienter, en hiver lorque le “grand manteau blanc” à recouvert nos vertes montagnes, vous pourez dire que vous savez vous orienter.
Les chemins auront disparu mais il vous sera plus facile de faire des azimuts puisque les reliefs sont nivellés…mais tout cela s’apprend

Technique de la marche nordique

Et voici “Helmut” marcheur nordique expert rompu à la méthode ALFA© ou OTOP© suivant le pays d’apprentissage.

Equilibre parfait, symetrie du mouvement…et beaucoup de pratique encadrée…

La techniqueVoici “Helmut” specimen nordic walker à la technique parfaite. On peut résumer le mouvement parfait ainsi :

  • Position des batons basse et amplitude du mouvement de bras.
  • Propulsion arrière sur les batons (sticks) avec ouverture des mains.
  • Corps droit, regard au loin, tête droite.
  • Optimisation de la foulée en lien avec l’amplitude des bras.

A regarder sans faute cette excellente video complètre sur la technique réalisée par Bruno LAURENT accompagnateur en montagne

Le matérielcomment bien choisir ses bâtons c’est ici

Les batons de marche nordique, ressemblent beaucoup aux batons de ski de fond.Ils sont principalement composés de carbone, ce qui présente l’intérêt d’être résistant à la flexion et la légèreté. 

Les pointes sont en carbure de tungstène qui resistent mieux à l’usure que les pointes acier.Efin l’élément le plus important du stick de la marche nordique c’est le gantelet ergonomique, qui favorise un bon retour du stick (le swing), et forme l’articulation du bras vers le baton. Réglable et amovible pour les batons haut de gamme.

Pour la pratique du nordic walking préférer les tenues souples, légères et amples. La marche nordique est un sport d’extérieur, il convient donc d’adapter sa tenue aux conditions météo.Dans ce cas retenez le concept de la pelure d’oignons : superposition de couches légères et respirantes complétées le cas échéant par une couche imperméable (type goretex).

La santé :

Les bienfaits pour la santé sont avérés (En Allemagne et en Suisse certaines mutuelles prennent en charges les cours de Nordic Walking).

Reforcement de la musculature :Le mouvement complet de la Marche Nordique tonifie tous les muscles du corps et permet ainsi un renforcement complet des chaînes musculaires et articulaires. des muscles des épaules, du dos et des abdominaux, favorisant ainsi le renforcement musculaire du haut du corps en plus des jambes.90 % des muscles sont actifs permettant ainsi un effort plus intense qu’en marche rapide.

Augmentation de la capacité respiratoire :La position du Marcheur Nordique, permet une ouverture complète de la cage thoracique offrant ainsi de par sa position et ses appuis latéraux, une plus grande amplitude pulmonaire et une plus forte oxygénation.

Affiner sa silhouette  :Le nordic walking est une activité aérobie (exercice obligeant la consommation d’oxygène).Si vous consommez plus d’énergie que vous en rentrer vous serez dans un bilan énergétique négatif et votre corps brûlera la graisse pour équilibrer le déficit. Le résultat étant …….. la perte de poids. La dépense énergétique augmente de 46% (le marcheur nordique consomme entre 400 et 600 calories par heure au lieu des 280 calories pour un marcheur traditionnel).

Renforcement du coeur : Le travail musculaire du haut et du bas du corps augmentele retour du sang veineux vers le coeur. Ce remplissage forcé étire les fibres musculaire du myocarde. L’ejection systolique se fait plus forte et le débit cardiaque augmente.