« Révélez votre nature » dans les Calanques

20151004_092002

Sous forme de slogan, ça peut être un bon résumé du WE ; il fallait avoir un peu de mental eu égard aux conditions du samedi et le spectacle du dimanche et l’environnement général des Calanques fait oublier le reste. C’est dans les difficultés qu’on voit la vraie nature d’un groupe (ou d’une personne), et là rien à redire, c’est du solide et du convivial.

Revenons au départ, et particulièrement à samedi. Départ à l’heure (presque) de Lyon, et premier grand voyage de ce que certains appelleront la bétaillère (je vous laisse imaginer 20151003_142235le bétail) et déjà la pluie nous accompagne. Arrivés sur place, prêts à partir vers 11h30, et déjà quelques gouttes pour monter jusqu’au col de Sugiton pour un pique-nique rapide. Philippe a changé son immatriculation 69 pour le 29 (Finistère donc pluie…) cela dit le calcul n’est pas mauvais aux vues des derniers évènements OM/OM.

On sent rapidement que la journée va être rythmée par une succession d’habillages-déshabillages. Mais sur cette première partie on est « globalement » resté au sec

 

En repartant de notre pause « syndicale repas », le vent se levant, m’a mis sur la piste du photo 2xtemps qu’il risquait de faire le reste de l’après-midi. Descente sur la Calanque de Sugiton par la falaise des Toits, et à partir de là la pluie nous a accompagnés. Quand je parle de pluie, c’est un « doux euphémisme » par rapport au déluge  qui nous a littéralement poussés dans la montée. J’avais prévu initialement de passer par le chemin escarpé du littoral entre Sugiton et Morgiou, et finalement avec la tempête qu’on a eue en remontant de Sugiton, c’était vraiment sage de ne pas s’y engager. Pour vous donner une petite idée, moi qui ai les pieds bien ancrés au sol (avec quelques kilos dessus), je me suis fait bousculer par les bourrasques de vent et pluie mélangées. Autant vous dire qu’on a été obligé de tenir les petits formats ( je ne donnerai pas de nom…) mais elles pouvaient compter sur nos rocs (Juanito, Philippe(s) et Michel). Au retour au col du Sugiton, l’ambiance était humide, et du coup on a eu droit à un concours de pantalons mouillés, torrides. Toutes nos dames ont photo 1xconcourues : Chris, Blandine, les Odile(s), Domy, Marie, Stéphanie et Meryem ont toutes gagnées. Seules Nicole et Sabine étaient super équipées, mais les pieds mouillés quand même.

Quand on sait que le soir on va pouvoir se doucher chaud, ça permet de relativiser l’instant présent. Donc on a pris nos quartiers dans l’Auberge de Jeunesse de Bonneveine, qui est idéalement située pour l’accès aux Calanques, mais c’est à peu près le seul intérêt du lieu. On ne peut pas dire que la gastronomie soit leur fort.

Traditionnel apéro des anniversaires (Chris, Blandine, Odile et Juanito) et de toute façon même s’il n’y avait pas d’anniversaires on trouverait quelque chose à fêter…après l’effort le

Sur le plateau de Marseilleveyre

réconfort, « on est pas des bœufs » (contrairement au véhicule qui nous transporte).

Sur la qualité du repas c’est le minimum syndical on a déjà fait bien mieux. Petite promenade digestive en bord de mer, Marie et Michel, qui n’ont pas eu assez d’eau dans la journée en remette une couche en pleine mer (on a des photos mais on les garde pour nous) puis brainstorming autour de Randozen et d’une bonne bière (ou café), qui débouchera sur la proposition d’accroche suivante: Révélez votre nature (fera partie des propositions au même titre que celles déjà reçues).

Dimanche matin, temps calme (pas comme la nuit de certain…), départ de la Cayolle pour le massif de Marseilleveyre. Montée au col de Sormiou puis Cortiou et passage par le plateau de l’Homme mort avant de descendre sur la Calanques de Marseilleveyre par le 20151004_125011Grand Malvallon. Si la veille nous n’avions vu personne sur les chemins (à part 2 étudiants asiatiques un peu paumés), dimanche les « collants-pipettes » étaient de sortie, il faut dire que lorsqu’il fait beau, le terrain de jeu est extraordinaire. La vue également, dès le matin, vue imprenable sur Sormiou, les îles de Jarre, Riou ou Plane et Marseille avec en arrière-plan la montagne Sainte Victoire et même ce qui semble être le Ventoux. Arrivé dans la Calanque de Podestat pause pique-nique et baignade (Michel, Marie encore eux, Juanito, Philippe V, Nicole et Sabine)

Dans le parc national des Calanques il y a une réglementation assez stricte sur la flore et la faune : interdit de déranger ou de cueillir. L’avantage avec l’un ou l’autre, c’est qu’ils savent très bien se protéger seuls. Les figuiers de barbarie par exemple ont une multitude de petites aiguilles qui les protègent…qui s’y frotte s’y pique…

Retour vers le col de Sugiton par le GR, et contrairement à la veille il fait chaud et même très chaud.

Retour aux voitures pour une séance d’étirements avant le retour sur Lyon. A chaque fois que je descends dans le Sud de la France et  que je remonte avec les bouchons je me jure que c’est la dernière fois que j’y vais…mais j’y retourne…alors oui les Calanques valent le détour.

N’hesitez surtout pas à compléter par vos commentaires

Les bons plans de l’été

2015-07-22 07.50.00

Un été d’activités de randonnées et montagne, à commencer par le Grand Paradis (4061 m ) réalisé au terme d’un séjour de 3 jours au refuge Vittorio Emmanuelle II. 3 jours à 2700 m de quoi faire des globules rouges pour le reste des vacances. J1 découverte de la marche sur glacier pour Stef vers la Tresenta et le col de Moncorné. Les pierres volent sur la face Nord du Ciaforno2015-07-22 09.24.44 dans un fracas assez terrifiant. J2 et J3 départ à 4h30 du refuge V-E pour l’ascension du Grand Paradis. Un 4000 facile mais comme tous les sommets il ne se laisse pas « prendre » aussi facilement. L’altitude est un facteur de difficulté, mais notre acclimatation a été douce puisque que nous sommes arrivés 2 jours avant. Pour le reste pas de difficulté technique particulière, sinon une surpopulation au sommet qui rend la passage de la rimaye et le sommet difficilement accessible.

2015-07-26 13.47.23

De retour en plaine, direction les « Cinque Terre » avec un camp de base à Sestri Levante.  Les Cinque Terre comprennent 5 villages : d’ouest en est :,Monterosso al Mare, Vernazza, Corniglia, Manarola et Riomaggiore qui sont rattachés au parc national éponyme créé en 1999. Nos randonnées nous les feront d’Est en Ouest en partant par Riomaggiore et Manarola par la montagne (le chemin côtier est fermé) 2015-07-27 09.46.38puis montée au village de Solustra et retour vers Corneglia par les vignes du littoral: merveilleux et personnes sur les chemins. Le lendemain, nous continuerons notre exploration en partant de Corniglia-Vernazza et enfin Monterosso. Et là nous sommes surpris de devoir nous acquitter d’un péage pour emprunter le chemin côtier on se croirai au US. Mais le chemin est très joli. L’avantage des Cinque Terre, c’est que l’on peut allier le plaisir de la randonnée et la baignade. La mer est très chaude et assez mouvementée (ça change de la Méditerranée française). Les sentiers sont bons et même escarpés et le fléchage à « l’italienne»(assez succin) . Le dernier jour fût réservé pour une randonnée côtière en aller-retour entre Levanto et la pointe Punta Musco, ombragée et 200 m au-dessus de la mer bleu azur : Que du bonheur.

2015-07-26 10.34.47

Dernière partie de ces vacances sportives avec une partie du GR5 ( Bourg St Maurice- Samoëns) dont une partie commune avec le TMB (Tour du Mont Blanc). 20150808_062448Beaucoup de monde, ça devient dur d’être tranquille. Des traileurs (UTMB fin du mois d’aout), des randonneurs (le TMB rentre dans la « to do list » de beaucoup de gens), des alpinistes en souffrance (fermeture du Gouter) et tous les vacanciers qui font leur sortie à la journée (le soleil en montagne c’est magnifique et il fait moins chaud qu’en plaine). Par contre hors des grands axes (GR5, TMB) c’est sympa, il y a toujours le soleil mais sans tout le monde.20150806_203653 Après cette partie, c’est vraiment le business montagne (savoyard et haut-savoyard confondus) tout pour vous soutirer un max de fric dans un minimum de temps. Mention spéciale au gardien du refuge de Tré la Tête qui m’a refusé, de me faire chauffer de l’eau pour mon lyophilisé (la belle solidarité montagnarde en haute-savoie…), ou la bière à 6€ au refuge de Bel Lachat, et qui vend 5€ le litre et ½ d’eau, en justifiant que « ça coûte cher d’amener tout ça si haut et en plus on est privé » (mais pas privé de téléphérique du Brevent qui n’est qu’à 45 mn) et que les cours d’eau sont à sec (ce qui est vrai dans les Aiguilles Rouges).ou le taxi de Bourg St Maurice qui prend 40€ pour faire 15km à 25km/h (véridique…) parce que « la route tourne »

IMG_0167Les joies de l’offre et de la demande (vous connaissez tous l’histoire du cheval bon marché…c’est pareil ici), .Malgré tout cela (ou à cause) le spectacle est grandiose et avec le soleil en prime c’était top.

Pour finir ce bel été, nous avons fait la traversée Nord – Sud de la Chartreuse avec Fred (du mardi). De Entremont le Vieux au Sappey en Chartreuse : 35 km et 1900 mètres de dénivelé. Un peu long (surtout la descente sur le Sappey) mais la partie sur les hauts plateaux est de toute beauté, tout comme la crête de Bellefond. Et pour le stop du retour, tout le contraire de la Savoie, a peine le bras lever que tout le monde s’arrête, ça fait chaud au cœur après 8 heures de crapahut. A refaire sans faute.

Tour de Chamechaude

C’est clandestinement que je poste les photos de cette super rando vertige réalisée avec Ma Dame, mais qui vaut vraiment le coup à condition de l’on supporte le vide et les petits passages un peu « olé-olé ».

Départ du col de Porte puis montée jusqu’au refuge de Bachasson et de là cap au sud pour contournée le monolithe urgonien de Chamechaude jusqu’au Habert de Chamechaude. De là on poursuit au nord sur un bon sentier qui traverse quelques ravines impressionante sous le couloie en Y avant de nous amener au pied du Jardin. 2 Petites longueurs d’escalade et nous voici arrivé sur le replat du Jardin et ses pins à crochets. Le retour sur le face ouest surplombe une magnifique falaise laissant apparaitre les marques du travail d’erosion du glacier. Retour par le Folatière.

dénivellé total de 1000 métre mais en plusieurs fois ce qui en fait un randonnée très agréable.

 

La pause s'impose avant l'escalade

La Brêche Arnaud vu du Habert

Le pas est sur...il vaut mieux

Arrivée au Jardin

Into the wild

Chamechaude du col de porte

Petits conseils Randozen

Quelques conseils Randozen pour l’équipement

> Pour la tête
• Un bonnet. On perd beaucoup de chaleur corporelle par la tête (presque 25 % !), aussi un bonnet pour les soirées et les nuits fraîches est parfait.
• Un chapeau en toile foulard, une casquette…
• Lunettes de soleil et étui.

> Pour le buste : un seul mot d’ordre le concept pelure d’oignon (superposition de couches fines)
• première couche : T-shirts.
En hiver le coton est à proscrire car il sèche très lentement. Par contre l’été dans certaine conditions ça peut être un avantage car il retient l’humidité, mais il faut le changer dès qu’on s’arrête.
• T-shirts à manches longues.
On préférera les nouvelles matières qui évacuent la sueur vers l’extérieur et sèchent rapidement, alors que le coton reste humide et accentue la sensation de froid.
• Deuxième couche : type polaire.
• troisième couche : Veste.

> Pour les jambes
• Collants. Un collant en polaire qui ne serre pas est confortable et utile en complément de chaleur dans le duvet. Il peut même doubler le pantalon en cas de grand froid.
• Pantalon.Un pantalon Stretch ne limite pas les mouvements, il est idéal pour le trekking.
• Un bermuda long ou un pantacourt.
Dans la plupart des pays, les shorts sont à proscrire ; en revanche, un pantacourt (pour les hommes et les femmes) est généralement bien accepté des populations locales.

> Pour les pieds
• Chaussettes: « Qui veut aller loin ménage sa monture » il est primordial de changer ses chaussettes tous les jours, l’acide de la transpiration favorise les ampoules.
• Chaussures de randonnée:  Au-delà de la tige montante et de la semelle (qui protègent respectivement les chevilles et la plante des pieds), il est très important de ne pas partir en trek avec des chaussures neuves. Les ampoules aux pieds gâchent le plus beau des voyages.
• Sandales ou tongs : Pour le soir à l’étape, bien sûr. On peut aussi les glisser dans le sac à dos de la journée pour aérer les pieds à la pause de midi.

> Pour les mains
• Gants légers : polaire, Stretch.
Il en est de même pour les mains que pour le buste, favoriser le superposition de couche. L’air chaud est le meilleur des isolants

> Sac à dos
• Sac à dos de randonnée léger, 30 à 40 litres.
Un sac à dos de cette contenance permet de prendre ce qu’il faut pour une journée de trek : vêtement de pluie, vêtement chaud, petite pharmacie, gourdes, bouquins… Et éventuellement une partie du pique-nique.> Sac de voyage
• Sac de voyage souple sans roulettes, 70 à 90 litres.
Un sac souple est idéal pour ne pas blesser les animaux de bât ; en revanche, si le transport des bagages d’une étape à l’autre s’effectue en véhicule, il ne faut pas se priver de prendre un sac avec des roulettes, de loin plus pratique pour les déplacements dans les gares et les aéroports.> Sac de couchage
• Duvet-sarcophage.
• Drap-sac en soie ou en polaire.
Le drap-sac permet de ne pas salir le sac de couchage à l’intérieur, et apporte un surcroît de chaleur très sensible.
 > Tente.
Si une tente dite “trois saisons” est suffisante pour la plupart des destinations de trekking sous toutes les latitudes, il est préférable d’acquérir une “quatre saisons” si l’on souhaite randonner en hiver (neige) par grand froid (destinations nordiques) ou en altitude (treks himalayens).> Divers
• Bâtons de marche.
• Fil et aiguille.
• Trousse de toilette.
• Serviette.
• Pastilles pour purifier l’eau (Micropur ou Hydrochlonazone).
Le goût que donnent ces pastilles est supportable, mais si vous voyagez plus de trois semaines dans une zone où il faut traiter l’eau, l’achat d’un filtre céramique devient indispensable.
• Sachets plastiques de protection (type congélation).
• Couverture de survie (modèle renforcé).
• Gourde ou gourde flexible à pipette.
• Couteau.
• Lacets de rechange.
• Briquet.
• Papier toilette
• Appareil photo.
• Livres de voyage.
• Lentilles jetables ou lunettes correctrices de secours.
• Lampe frontale et piles.> Pochette antivol et documents
• Passeport (ou carte d’identité).
• Visa selon le pays.
• Carnet de vaccinations et indications médicales.
• Devises, carte de crédit.
• Contrat d’assistance et d’assurance.
• Papiers personnels.

Les autres conseils à lire
En cas de pluie sans vent, un grand parapluie type parapluie de golf est idéal en terrain dégagé. Il permet même, en le calant entre le dos et le sac à dos, d’avoir les mains libres pour prendre des photos ou lire la carte. En revanche, son utilisation devient plus problématique en terrain accidenté et en cas de vent.L’association d’une veste et d’un pantalon de pluie en tissu respirant comme le Goretex (laissant libres les mouvements) est idéale. La cape de pluie étant réservée aux pauses : abri parfait pour grignoter sous une pluie battante, ou protection intégrale pour monter la tente à l’étape.Un sursac pour recouvrir et protéger le sac à dos et son contenu est indispensable par temps humide. Beaucoup de sacs aujourd’hui en sont pourvus, sinon il est possible de se procurer un sursac amovible dans les magasins de sport.
L’utilisation de sacs de type congélation permet une protection totalement hydrofuge de l’appareil photo comme des documents papiers (passeport, billets d’avion, etc.)Une paire de sandales de marche est toujours utile, soit pour le soir à l’étape, soit en cours de randonnée pour le passage à gué des rivières. Elles servent aussi en cas de grosse ampoule pour pouvoir continuer à marcher.Le couteau suisse convient à tous les usages : ouvrir une bouteille ou une boîte de conserve, visser une dragonne de bâton… Il est de loin le plus universel (malgré l’inconvénient du poids).

Les bâtons de marche sont indispensables pour soulager les genoux dans les descentes et aider au rythme de la randonnée dans les montées. En revanche, il faut absolument marcher avec les deux pour respecter la symétrie du mouvement.

Une gourde-pipette permet de s’hydrater régulièrement sans pour autant poser son sac à chaque fois. Le seul inconvénient de ce système est que l’on se retrouve à court de boisson sans pouvoir l’anticiper. Une bouteille plastique de secours permet de palier ce désagrément.

La température de confort du sac de couchage est fonction du type d’hébergement et de la destination.
L’idéal est d’avoir deux duvets :
— un premier dont les températures de confort sont comprises entre – 5 et + 5 °C pour les hébergements en dur et les pays chauds ;
— un deuxième pour les pays froids et/ou les hébergements sous tente. Température de confort comprises entre – 15 et – 5 °C.
On peut aussi ajouter au premier duvet un sac de couchage en polaire pour augmenter le niveau de confort et de chaleur.

Les petits objets qui facilitent la vie pendant un trek ou un voyage :
– Un adaptateur de prise électrique (il n’existe pas de norme internationale en matière de prise électrique, aussi un adaptateur est-il indispensable dès qu’il faut recharger une batterie d’appareil photo numérique, un lecteur MP3…).
– Une deuxième gourde pour laisser le temps aux pastilles de purification de l’eau d’agir sans se priver de boire.
– Un briquet pour brûler le papier toilette.

Raquettes

Raquettes en journée entre amis
  • En groupe, en famille ou entre amis, vous découvrirez le plus vieux moyen de ce déplacer sur la neige. Sur un projet que nos aurons choisis ensemble ou sur un parcours que je vous aurai préparé, vous vivrez une journée en contact avec la nature en hiver. Alors n’hésitez pas à « tater » de la marche sur raquettes, pas très commode ni rapide au début, mais bien amusante et pratique pour découvrir ce milieu naturel en journées, 1/2 journée, 2h ou nocturnes.

Raquettes nocturne

  • Avez-vous déjà essayé la raquette nocturne. Qui n’a pas essayé ne connait pas réellement le bonheur. Imaginez… la nuit, la pleine lune, la neige…un cocktail  étonnant. Si en plus il est partagé avec des amis, un repas montagnard et un petit vin du Jura, on est pas très loin du bonheur total. Vous pourrez atteindre la quiétude de la nuit, en toute sécurité avec les accompagnateurs en montagnes.

Raquettes orientation

  • Quand vous réussirez à vous orienter, en hiver lorque le « grand manteau blanc » à recouvert nos vertes montagnes, vous pourez dire que vous savez vous orienter.
Les chemins auront disparu mais il vous sera plus facile de faire des azimuts puisque les reliefs sont nivellés…mais tout cela s’apprend

Week-en et Séjours

 Nuit en Montagne (Tente ,Refuge ou à la belle étoile)

Quelque soit le massif, il n’ y a pas meilleure immersion que de passer une nuit en montagne.

Les références de nos vies quotidiennes sont oubliées pour revenir à l’essentiel et ne faire qu’un avec la nature. Préparer son repas, faire un feu, se préparer un nid douillet pour la nuit. On repart à zero et on fait le plein d’énergie.

 

Tour du Mont Blanc

C’est l’un des sentiers de longue randonnée les plus populaires en Europe. Il encercle le massif du Mont-Blanc, parcourant une distance d’environ 170 km avec 10 km de dénivellation totale en montée à travers une partie de la Suisse, de l’Italie ainsi que de la France.A votre rythme, en utilsant au maximum les variantes les moins fréquentées. Trek mytique des Alpes entre France- Italie et Suisse, c’est une expérience de montagne unique. Des paysages à couper le souffle, le partage de la vie en groupe et un engagement

 

Remise en forme dans le Jura
Au coeur du Parc Naturel du Haut-Jura, nous vous proposons un séjour alternant différentes activités encadrées en gîte, idéal pour prendre un bon bol d’air !
Durant votre séjour, demi-journées d’activités encadrées vous sont proposées: Randonnée, raquettes (en hiver), nordic walking, stretching, relaxation.
Lors de ce séjour, nous découvrirons la crête sauvage du Haut Jura belvédère de 10 kms qui nous offre un point de vue incomparable sur le bassin genevois et le Mont Blanc. Nous sommes ici sur les terres des bergers et des grands espaces.

Randos journée

 

 
 Lors d’une fête de famille, un anniversaire insolite, le lendemain d’un mariage, ou pour tout autres occasions festives nous vous préparons une randonnée ensemble dans une région de votre choix. Nous discutons de l’itinéraire et vous choississez si vous le souhaitez les animations à intégrer (faune, flore, patrimoine …) Votre esprit est ainsi libéré de la partie animation de vos convives.
Vous souhaitez organiser un moment de convivialité pour votre famille ou vos amis, nous vous proposons des activités diverses où chacun pourra participer, sans esprit de compététion, mais dans le simple objectif, de prendre du plaisir et chercher la convivialité.
 
          • un parcours ludique d’orientation
          • une chasse au trésor sur le patrimoine
          • moulages de traces
          • un mini safari photo fleurs

Vous souhaitez aller à la découverte de la faune et la flore de montagne soit pour tenter de la voir, soit pour suivre les indices de présences (plumes, traces, poils…), nous vous orienterons vers les meilleurs endroits où il est possible de prendre contact dans le respect de chacun. N’oublions jamais qu’au milieu de la nature nous ne sommes que des invités

 

Chamois

Sabot de Venus

Points de vue

Quelques jolis points de vue …………………….
 Calanques  : A partir de la Marseille ou de Cassis, nous irons à la découverte de ce lieu exceptionnel ou la faune et la flore peuvent se développer grace à la situation si particulière de cet endroit. Pour la quiétude de tous nous éviterons les période de forte fréquentation (Juin-juillet) 6h00 et + 400 m de dénivellé 25 € par pers. Départ assuré à partir de 6 personnes
   Le grand Gabizos . A la limite du Parc National des Pyrénes nous passerons vers les pelouses à marmottes avant l’ascension par le col d’Uzious et le pic de Louesque. Cette ascension offre une vue exceptionnelle sur la chaîne pyrénéennne et la diversité de ses paysages.  9h00 et + 1300 m de dénivellé  25 € par pers.Départ assuré à partir de 6 personnes
 Le Taillefer. Considéré par les grenoblois comme « le sommet » à faire. Offrant un panorama sans égal sur l’Oisans, le Vercors, Belledonne et les Ecrins. Ce sommet « facile » au départ du lac de Poursollet en passant par les alpages du lac Fourchu permet accéder à la haute montagne et à l’évasion nature   9h00 et + 1300 m de dénivellé ou sur 2 jours avec bivouac au lac Fourchu  25 € par pers.Départ assuré à partir de 6 personnes
 La randonnée incontournable de l’Oisans ! Le Lac Lauvitel (1510 m) est l’un des plus beaux sites de l’Oisans. Au départ de la Danchère nous rentrerons dans le Parc des Ecrins pour voir ce bijou de nature préservée. 4h00 et 250 mde dénivellé  20 € par pers. Départ assuré à partir de 6 personnes
 Coucher de soleil à Chamechaude : Randonnée avec un départ en fin d’après-midi pour voir le ciel lentement se teinter de rose pour disparaître derrière le Vercors.Descente de nuit à la lueur des frontales. Ambiance et émerveillement assurés !!  4h00 et 500 m de dénivellé  20 € par pers. Départ assuré à partir de 6 personnes