« Révélez votre nature » dans les Calanques

20151004_092002

Sous forme de slogan, ça peut être un bon résumé du WE ; il fallait avoir un peu de mental eu égard aux conditions du samedi et le spectacle du dimanche et l’environnement général des Calanques fait oublier le reste. C’est dans les difficultés qu’on voit la vraie nature d’un groupe (ou d’une personne), et là rien à redire, c’est du solide et du convivial.

Revenons au départ, et particulièrement à samedi. Départ à l’heure (presque) de Lyon, et premier grand voyage de ce que certains appelleront la bétaillère (je vous laisse imaginer 20151003_142235le bétail) et déjà la pluie nous accompagne. Arrivés sur place, prêts à partir vers 11h30, et déjà quelques gouttes pour monter jusqu’au col de Sugiton pour un pique-nique rapide. Philippe a changé son immatriculation 69 pour le 29 (Finistère donc pluie…) cela dit le calcul n’est pas mauvais aux vues des derniers évènements OM/OM.

On sent rapidement que la journée va être rythmée par une succession d’habillages-déshabillages. Mais sur cette première partie on est « globalement » resté au sec

 

En repartant de notre pause « syndicale repas », le vent se levant, m’a mis sur la piste du photo 2xtemps qu’il risquait de faire le reste de l’après-midi. Descente sur la Calanque de Sugiton par la falaise des Toits, et à partir de là la pluie nous a accompagnés. Quand je parle de pluie, c’est un « doux euphémisme » par rapport au déluge  qui nous a littéralement poussés dans la montée. J’avais prévu initialement de passer par le chemin escarpé du littoral entre Sugiton et Morgiou, et finalement avec la tempête qu’on a eue en remontant de Sugiton, c’était vraiment sage de ne pas s’y engager. Pour vous donner une petite idée, moi qui ai les pieds bien ancrés au sol (avec quelques kilos dessus), je me suis fait bousculer par les bourrasques de vent et pluie mélangées. Autant vous dire qu’on a été obligé de tenir les petits formats ( je ne donnerai pas de nom…) mais elles pouvaient compter sur nos rocs (Juanito, Philippe(s) et Michel). Au retour au col du Sugiton, l’ambiance était humide, et du coup on a eu droit à un concours de pantalons mouillés, torrides. Toutes nos dames ont photo 1xconcourues : Chris, Blandine, les Odile(s), Domy, Marie, Stéphanie et Meryem ont toutes gagnées. Seules Nicole et Sabine étaient super équipées, mais les pieds mouillés quand même.

Quand on sait que le soir on va pouvoir se doucher chaud, ça permet de relativiser l’instant présent. Donc on a pris nos quartiers dans l’Auberge de Jeunesse de Bonneveine, qui est idéalement située pour l’accès aux Calanques, mais c’est à peu près le seul intérêt du lieu. On ne peut pas dire que la gastronomie soit leur fort.

Traditionnel apéro des anniversaires (Chris, Blandine, Odile et Juanito) et de toute façon même s’il n’y avait pas d’anniversaires on trouverait quelque chose à fêter…après l’effort le

Sur le plateau de Marseilleveyre

réconfort, « on est pas des bœufs » (contrairement au véhicule qui nous transporte).

Sur la qualité du repas c’est le minimum syndical on a déjà fait bien mieux. Petite promenade digestive en bord de mer, Marie et Michel, qui n’ont pas eu assez d’eau dans la journée en remette une couche en pleine mer (on a des photos mais on les garde pour nous) puis brainstorming autour de Randozen et d’une bonne bière (ou café), qui débouchera sur la proposition d’accroche suivante: Révélez votre nature (fera partie des propositions au même titre que celles déjà reçues).

Dimanche matin, temps calme (pas comme la nuit de certain…), départ de la Cayolle pour le massif de Marseilleveyre. Montée au col de Sormiou puis Cortiou et passage par le plateau de l’Homme mort avant de descendre sur la Calanques de Marseilleveyre par le 20151004_125011Grand Malvallon. Si la veille nous n’avions vu personne sur les chemins (à part 2 étudiants asiatiques un peu paumés), dimanche les « collants-pipettes » étaient de sortie, il faut dire que lorsqu’il fait beau, le terrain de jeu est extraordinaire. La vue également, dès le matin, vue imprenable sur Sormiou, les îles de Jarre, Riou ou Plane et Marseille avec en arrière-plan la montagne Sainte Victoire et même ce qui semble être le Ventoux. Arrivé dans la Calanque de Podestat pause pique-nique et baignade (Michel, Marie encore eux, Juanito, Philippe V, Nicole et Sabine)

Dans le parc national des Calanques il y a une réglementation assez stricte sur la flore et la faune : interdit de déranger ou de cueillir. L’avantage avec l’un ou l’autre, c’est qu’ils savent très bien se protéger seuls. Les figuiers de barbarie par exemple ont une multitude de petites aiguilles qui les protègent…qui s’y frotte s’y pique…

Retour vers le col de Sugiton par le GR, et contrairement à la veille il fait chaud et même très chaud.

Retour aux voitures pour une séance d’étirements avant le retour sur Lyon. A chaque fois que je descends dans le Sud de la France et  que je remonte avec les bouchons je me jure que c’est la dernière fois que j’y vais…mais j’y retourne…alors oui les Calanques valent le détour.

N’hesitez surtout pas à compléter par vos commentaires